logo
Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque.
+387648592568
info@elatedthemes.com
Eighth Avenue 487, New York
Instagram Feed
Search

Ouvert 6J/7 | Midi et soir | Fermé le lundi | Réservations au 03.89.76.93.01

La basilique Notre Dame de Thierenbach

La basilique Notre Dame de Thierenbach située juste en face de La Ferme des moines l’un des hauts lieux de pèlerinage d’Alsace

La Basilique Notre Dame de Thierenbach est située sur le chemin alsacien de Saint-Jacques de Compostelle, qui va de Weißenburg/Wissembourg à Belfort.
L’église a été élevée au rang de Basilique mineure en 1936. Depuis 1982, elle est classée monument historique.

Basilique Notre Dame de Thierenbach

Le prieuré

Le bâtiment actuel a été achevé en 1723. Le clocher latéral de l’église a été construit en 1930-1932. A côté, se trouve le presbytère sur le site de l’ancien monastère.

Avant la construction de l’église, il y avait un prieuré sur ce site, dont les fondations remontent à la première moitié du XIIe siècle. A cette époque, plusieurs prieurés clunisiens ont été fondés dans la région. À plusieurs reprises, la petite communauté de moines a connu de grandes difficultés : mauvaises conditions de vie, dettes temporaires, dévastation par les guerres. Tout au long des XIIIe et XIVe siècles, les moines ont mené une vie simple et pieuse sous la règle de l’ordre bénédictin.

À son apogée, le prieuré comptait une dizaine de moines, parfois moins. Des preuves fiables montrent que des pèlerins sont venus ici à partir du 15e siècle. Certaines affirmations situent le début du pèlerinage au XIIe siècle, en relation avec la guérison miraculeuse d’un noble.

Les dernières fouilles (1983) ont montré que la première église datant du XIIe siècle a été considérablement agrandie au XVe siècle. Cela pourrait correspondre à une recrudescence des pèlerinages en provenance des villages voisins, qui a duré jusqu’à la guerre de Trente Ans. En 1642, les bâtiments du monastère ont été incendiés par les troupes suédoises et partiellement détruits. Cela a également détruit des archives. Les moines ont essayé de reconstruire le monastère petit à petit.

Ce n’est qu’en 1717 que la construction de la nouvelle église baroque a été achevée. Le site de pèlerinage a reçu un nouvel élan et la petite communauté de moines a continué à vivre sous la supervision des Clunisiens. La période orageuse de la Révolution française (1789-1801) a conduit à l’expropriation des biens religieux et à l’expulsion des moines. Ce fut la fin du prieuré.

Après le concordat

Le concordat exigé par Napoléon en 1801 a de nouveau apporté une tolérance pacifique. Comme Jungholtz n’était qu’une petite partie de la ville de Soultz, la paroisse de Soultz a pris en charge l’administration du lieu de pèlerinage jusqu’à ce que le village devienne une paroisse indépendante en 1880.

Le 18 août 1884, un violent incendie détruit le bâtiment du monastère et le grenier de l’église. Peu après l’achèvement de la rénovation, la Première Guerre mondiale a commencé. En raison de leur emplacement au pied du Hartmannswillerkopf, les bâtiments, comme tous les villages environnants, ont été soumis à des tirs ; cependant, ils ont été épargnés dans une certaine mesure, de sorte que la tâche principale de la reconstruction a été la construction du long clocher prévu, qui a été achevé en 1932.

La chapelle latérale et la galerie des pèlerins ont également été ajoutées. Une rénovation intérieure complète a été effectuée en 1983. Le peintre Louis Wiederkehr de Soultz y a joué un rôle majeur. 

En 1983, la basilique a été entièrement rénovée : l’extérieur, les toits, la décoration intérieure, le pavage et le mobilier ont été réparés.

Des dommages graduels et inévitables, tant à l’aspect esthétique qu’à la stabilité menacée de la structure, ont rendu cette réparation nécessaire après 60 ans. Avec la reconstruction du parvis surélevé, tous les travaux nécessaires seront achevés en 2010, et ce bel endroit tranquille sera à nouveau un lieu de contemplation et de réflexion.

Les Ex Votos 

Les images votives peintes de la Basilique Notre Dame de Thierenbach couvrent en grand nombre une surface considérable du mur de la nef et témoignent des ferventes prières des pèlerins de tous les temps.

Au total, 850 peintures, tableaux ou illustrations, panneaux de bois ou de marbre, couronnes de mariage et cœurs en métal se retrouvent comme images votives. 

Les tableaux votifs très éloquents, bien que souvent d’une naïveté touchante, des années 1795 à 1845 environ, ont été principalement réalisés par Ottmar Beltz, le père du peintre dont est issu le retable.

La plupart des peintures montrent la maladie d’enfants ou d’adultes. Les peintures faisant référence aux nourrissons (survie heureuse après un accouchement difficile ou une maladie infantile) sont courantes au XIXe siècle, mais moins dans l’histoire récente.

Le sujet de l’état de santé du bétail s’est complètement effacé à partir de 1850. Les événements de guerre, en revanche, ont joué un rôle considérable dans les temps modernes. Thierenbach était situé à proximité immédiate des champs de bataille de la Première Guerre mondiale (1914-18) et non loin des lieux qui ont particulièrement souffert des bombardements en 1940-45. Le grand nombre de photos relatives aux appelés alsaciens est également remarquable.

Infos utiles

Le sanctuaire est ouvert toute l’année pour visiteurs et pèlerins

Visites

Du 1er décembre à Pâques : 9 h – 12h / 13h30- 18 h

De Pâques à Novembre : 9 h – 12 h / 13h30 – 19h

Les messes

  • Du lundi au vendredi – 15h30 messe
  • Samedi – 10h messe des pèlerins
  • Samedi – 17h messe dominicale
  • Dimanche – 9h30 Grand-messe grégorienne
  • Dimanche – 11h et 17h messe

Adresse 

Pèlerinage Notre-Dame de Thierenbach 68500 Jungholtz

Téléphone

+33 (0)3 89 76 95 66